Le Passage du Nord-Ouest en kayak

Un pas dans l’inconnu

Extrait de « Passagère de l’Arctique »

Editions Locus Solus – 2016

... Je me retourne une dernière fois, les petites maisons en bois du hameau mettent longtemps à disparaître dans les brumes. Devant nous l’horizon bleu s’ouvre, l’espace soudain s’agrandit. Je redécouvre le singulier parfum des départs auquel s’ajoute l’impression que tout à coup la lumière est plus forte, les couleurs plus éclatantes. Pourtant, tout autour de nous, les eaux encore chargées d’alluvions ont une teinte brunâtre peu avenante et une odeur nauséabonde qui, parfois, vient nous agacer les narines. Mais peu nous importe. Dans quelques heures, le delta du fleuve Mackenzie sera loin et la mer de Beaufort prendra le relais, accueillant pour de longues journées à venir, notre rythme cadencé.

 

Nous n’avons pas la moindre idée de nos lendemains. Nous ne savons pas plus ce qu’il en sera des heures à venir mais, déjà, le temps ne compte plus. L’état d’allégresse qui est le mien me transporte dans une sphère insaisissable et j’ai toutes les peines du monde à me concentrer sur la pagaie pour garder l’équilibre, au cœur du puissant courant qui nous entraîne vers le nord. Pendant un court instant, j’envie Raphaël dont le kayak mu par l’énergie solaire ne nécessite pas de sa part une extrême vigilance. Il tourne autour de moi avec une déconcertante facilité, et le large sourire qui lui fend le visage en dit long sur son bonheur d’être ici. Il découvre la puissance du lieu tandis que je la redécouvre, émerveillée d’y retrouver ces subtiles alchimies qui m’avaient déjà séduite...